AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Main Innocente
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: RP: Îles Flottantes :: Agterra :: Village Coloré
avatar

Identité
Talent: Illusion
Don: Patte Innocente
Clan/Fonction:
Poilatz
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Date d'inscription : 30/01/2017
MessageSujet: Main Innocente Ven 23 Juin - 21:06
Arsetz (immaginaire) : Dis moi Ersatz. Une question me taraude l'esprit. Cela fait quelques semaines que nous vivons ici, tu t'es découvert un don, et maintenant tu ne commets que quelques petits délits. Ça me paraît facile, bien trop facile... Te souviens-tu de tous ces crimes que tu as commis?

La voix mielleuse d'Arsetz résonne dans ma tête et me provoque une migraine incessante, douloureuse. Je n'entends que lui. Pas moyen de m'y habituer, cet abruti vient toujours m'embêter quand je m'y attends le moins. Lui et ses questions. Il... M'énerve au plus haut point. Un an que je le "connais", et pas moyen de m'y faire. Pourtant, je ne pourrais jamais m'en passer. Il est terrifiant.

Ersatz (chuchotte) : Je ne veux plus de tout ça, les fugues, les évasions, les coups de la garde. Ils m'ont laissé des bleus, des souvenirs que je ne pourrais oublier. Je ne veux plus vivre ça, j'ai assez causé de chaos dans toute ma vie Arsetz. Arrive-tu seulement à le comprendre? Je ne veux plus en parler. Je ne veux plus avoir affaire à tout ça. Est-ce que j'ai vécu une vie d'un enfant de seize ans selon toi?!

Assis, là dans un coin de la taverne, où tout le monde braille et ne fait attention à moi. Est-ce l'heure de faire mon mea culpa? J'ai assez regretté tous les actes commis dans ma vie, l'ayant payé de nombreuses fois. Là, j'ai juste l'air d'un fou qui se parlait à lui même. Et pourtant, des images me reviennent en tête, celles des visages de ceux que j'ai volé, mais aussi de ceux que j'ai empoisonné. Ma sarbacane sent encore le sang, même séché. Voyager entre les dimensions efface bien des choses! Mais pas ça. Pas ça.

Arsetz (immaginaire) : Ah bon? Des bleus, c'est assez selon toi?

Ersatz (chuchotte) : J'y ai laissé mon oeil, aussi. Je suis défiguré à vie, Arsetz.

Arsetz (immaginaire) : Non, c'est pas assez. Même ta vie ne serait pas assez pour ce que tu as fait. Arceus ne t'a pas épargné pour rien, Ersatz. Toute ta vie tu en subiras les conséquences. Toute ta vie.

Ersatz (chuchotte) : Je te déteste.

Arsetz (immaginaire) : Moi je tiens à toi. Je dis juste que... Tu ne t'en tireras pas comme ça.

Ersatz (chuchotte) : ...

Je ne lui répond que par un soupir. Quel idiot cet Arsetz! Je sais qu'il n'est pas là que pour me tourmenter, j'ai appris à le connaître depuis. S'il me parle à ce moment précis, c'est qu'il a un mauvais pressentiment, et une chose est sûre : Je peux toujours courir pour espérer savoir ce qui le tracasse vraiment. Peut-être même en a-il une idée? Mh, en tout cas, ça ne doit pas être pour maintenant.

Ersatz (chuchotte) : Je vais payer, puis nous irons dehors! J'ai envie de me dégourdir les pattes. T'en penses quoi?

Arsetz (immaginaire) : Ca roule!

Allez, c'est pas vraiment l'heure de déprimer! Cette vie, je la connais par coeur, j'y suis habitué. Sur Aizora, à peu près tous les enfants de ma génération l'ont vécue, je peux même m'estimer chanceux de tout ce que j'ai traversé. Des rencontres, des sourires, des vies j'en ai sauvé aussi. tout ça... Ce n'est qu'une question de balance. A force de toujours être dans les extrêmes j'ai réussi a la stabiliser au milieu. En étant bon et mauvais à la fois.

Enfin. Dans un tintement métallique, je dépose les quelques pièces nécéssaires au payement de ma bière quotidienne. Blonde et surtout mousseuse afin de ne pas avoir à voir mon reflet dedans. En attendant que la Spinda tenant ce rab' de basse qualité me fasse la monnaie, j'écoute les quelques histoires et fait divers racontées par les habitués. Des histoires sordides de gangs, de meurtres, des enfants de treize ans pour certains impliqués dans ces histoires... Parfois ce lieu me rappelle l'ancienne Cité Noire.

Spinda : Voilà ta monnaie! A demain Ersatz?

Ersatz : Yep, comme d'hab'. J'vais rester ici encore quelques jours je pense ~

Sans bruit outre celui de mes pas, je me dirige vers la porte. C'est marrant à quel point l'alcool n'altère en rien ma perception des choses!



Enfin... Je marche, sans savoir pertinemment où aller. Cette ville est très belle, il y a beaucoup de chose à y faire. J'aimerais bien y habiter, enfin pouvoir être dans une situation à peu près stable. Mais les revenus des jeux sont bien trop incertains... Et je me suis fait virer de mon dernier appart' tout juste hier, à défaut d'avoir assez de revenus. Pas de chance! Du coup maintenant je fréquente quelques autres pauvres pour me tenir compagnie, je me fait des provisions de temps en temps dans le marché noir, je vole ou je chasse la bouffe qu'il me faut, je dors sous les ponts, derrières maisons, dans des bottes de paille, des champs, des grottes. Ce village, comme cette régien... Je commence déjà à bien les connaître. Tous les liens entre les habitants, les organisations. Encore quelques mois, ça n'aura plus aucun secret pour moi!

Et puis, je me surprends, l'air un peu tristounet, penché en avant à observer mon reflet dans une fontaine décorant une des places de la ville, sans faire attention aux Pokémon m'entourant. L'eau c'est pas mon truc, et pourtant elle me paraît très belle! Dommage que sa pureté soit détruite par mon image dessus. Alors je recule et part m'assoir seul et en plein milieu d'un banc tout juste derrière, à observer toutes les activités autour. Des enfants qui jouent, des adultes qui se baladent. Les lumières de la ville s'allument manuellement alors qu'il fait presque tout noir. Et je reste là, cinq minutes, dix minutes, vingt minutes... Une heure.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 12
Date d'inscription : 07/02/2017
MessageSujet: Re: Main Innocente Lun 26 Juin - 19:36
Pic pac pic pac. L'une de mes queues part sur la droite : celle la plus à droite justement. Pic pac pic pac. La queue opposée à la première, tout à gauche, part sur la gauche. Pic pac pic pac, la première repart à droite. Tel un pendule, elles oscillent à droite et à gauche, se heurtant les unes contres les autres. De par leur nature touffue, elles ne font qu'un son étouffer, mais cela me suffit amplement pour m'amuser. Au rythme de celles-ci, je penche la tête à droite, puis à gauche, dans une danse régulière. J'en ai presque le tournis. Le tournis. Quelle bonne idée ! Je me lève et me met à faire la toupie. Mes pattes s’affolent et dans un balais somptueux, mon regard se trouble, tes traits horizontaux brouillant ma vue. J'accélère, l'avant s’emmêle avec l'arrière, je chavire et je tombe à la renverse. Un rire cristallin s'échappe de ma petite gorge alors qu'une inconnue me dit de me relever, paniquée, cachée dans la foule en face de moi.

D'ailleurs cette foule... Pourquoi est-elle là ? Tout est parfaitement normal ici. J'entends un « descend ». Le sourcil levé, j'arbore un visage d'incompréhension. Pourquoi ? Je suis bien ici. Je m'allonge alors de tout mon long, la tête dans le vide et mes queues reprenant leur petit jeu. Je les décris tous un par un, et malgré qu'ils soient tous différents, ils ont tous l'air tourmenté. Un, deux, trois, quatre... Ils sont cinq. Cinq pokemons à regarder un petit Goupix sur le toit d'une terrasse couverte d'un café du village. Le gérant était parmi eux. Un apitrini qui à l'air parfaitement incapable de voler pour venir me chercher. Peut-être était-ce la peur que je lisais dans ses yeux ? Me redressant, je m'étire longuement et je me dirige vers le fond du toit pour pouvoir sauter sur des caisses. Même caisses qui m'ont permis de monter. Après mes petites acrobaties, je rejoins la foule, m'asseyant, et je lèche ma patte avant comme si de rien était. Pourquoi faire ça ? Aucune idée, ça me semblait être un réflexe. Mais dans tout les cas c'est normal. Tout comme le fait qu'ils s'éloignent sans un mot en voyant que je n'ai rien. Que la vie est belle ! Qu'elle est facile quand on sait que tout est écrit. C'est une simple question de logique.

Pourtant, les gens avaient peur ses derniers temps. Le village coloré était déjà la proie à des actes immondes de cinglés... Des meurtres, des clans. On dirait presque la mafia. Pourquoi paniquait-il ? Rien de plus normal que de mourir, de tuer... Ou de paniquer, ceci dit. Ma propre réflexion venait de trouver une réponse ! Fier de moi, je souriais paisiblement, commençant une marche paisible entre les murs multicolores des bâtisses. Je me situe dans un quartier toujours tranquille. Ni aisé, ni pauvre. Déjà les clivages ont commencé ! Moi je me contente de dormir à la belle étoile et d'aller dans la grande plaine manger les baies qui s'y présentent. Pourquoi se compliquer la vie ? Bon parfois les nuits sont un peu froide, mais je trouve de quoi brûler, et j'allume d'une petite flammèche un feu de camp décent. J'ai rencontré beaucoup de personne avec ma vie de bohème ! Généralement, il me trouve bizarre. L'idée qu'un enfant aussi jeune soit content d'une telle vie... Mais je ne leur en veux pas ! L'incompréhension est normale !

Je m’enfonce dans les entrailles de la ville. Les bâtiments sont plus serrés, et l'ombre plus présente. Et pourtant, je n'ai pas le moindre frisson. Je me suis déjà baladé ici, comme si de rien n'était. Au bout de la ruelle où je me suis engagé, j'aperçois une fontaine. Simple, et pourtant si belle ! Je m'y rue et monte sur le rebord pour me regarder dans l'eau. Ma patte y plonge pour en ressortir aussitôt. C'est froid ! Je regarde autour de moi et voit une autre boule de poil comme moi regarder le liquide. Un Zorua ! Je n'en avais vu que dans les livres ! La curiosité me prend, alors qu'il s'éloigne de la fontaine. Il a l'air triste... A-t-il perdu quelque chose dans l'eau ? Je plonge alors, le corps entier, malgré mon type feu, et cherche activement quelque chose au fond de l'eau, là où il était ! Je ressors au bout d'une heure de recherche active, une pièce dans la gueule. Aussi il faut dire que j'ai perdu un peu de temps à barboter... Je cours dans sa direction alors qu'il était assis sur un banc.

-Ch'est cha que tu chechais chans la chontaine ?

La pièce fait un bruit métallique en retombant au sol. Fier de moi, je la montre, victorieux, avant de me secouer pour me sécher un peu, arrosant les alentours de gouttelettes d'eau.

-J'm'appelle Zeyro ! Et toi ? C'est comment ?

Je monte d'un bond sur le banc et le fixe, impatient. Sa crête entourant son cou attire mon regard. Ça à l'air si doux ! J'y risque un coup de patte. C'est doux et moelleux ! Je me suis pas trompé ! C'est décidé, je me suis fait un copain !
Revenir en haut Aller en bas
Main Innocente
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» mon armée de sac à main AJOUT PHOTOS stegadons venerable
» Main sans valeur et fleur
» liste 1500pts contre du sac à main
» elfes noir contre sac à main
» je bats vos "main" en mirror match

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Aftermath :: RP: Îles Flottantes :: Agterra :: Village Coloré-
Sauter vers: